• Conseil municipal
  • Communiqué

Mont-Royal, le 11 avril 2011 – C’est lors de l’assemblée du conseil tenue ce soir à l’hôtel de ville que l’administration municipale a fait connaître les trois phases de sa nouvelle politique de développement durable. Le maire Philippe Roy a profité de la présence de citoyens et de journalistes dans la salle du conseil pour en exposer la mise en application.

  • Phase 1 : Annonce du nouveau règlement concernant les arbres et  les cours arrière (avril 2011).
  • Phase 2 : Annonce de la nouvelle législation sur la consommation d’eau (mai 2011).

Ces deux premières phases précéderont de quelques mois l’annonce de l’étape finale de cette nouvelle politique qui vise, ni plus ni moins, à protéger le patrimoine naturel de la communauté et l’environnement en général. La phase 3 couvrira notamment la consommation d’énergie et la gestion des matières résiduelles.

Dans un premier temps, la Ville entend dorénavant protéger les arbres et les espaces verts en cour arrière des résidences privées. La réflexion ayant fait son chemin, c’est finalement le conseil municipal actuel, qui dans l’histoire de Mont-Royal agira le premier en ce sens. Le règlement à cet effet entrera en vigueur dès cet été après avoir passé le test d’une consultation publique prévue en mai prochain.

« Dans un contexte de changement climatique et de pluie de plus en plus soudaine et abondante, notre nouveau règlement sur les espaces verts permet d’assurer le maintien de l’espace vert dans les cours arrières, une facette indéniable de l’identité de notre ville jardin » a déclaré le maire Philippe Roy.

La protection des espaces verts en cour arrière sur terrains privés vise aussi une meilleure évacuation des eaux de surface, par exemple lors de précipitations abondantes. Ces dernières années, la Ville reçoit des appels de plus en plus fréquents au sujet de problèmes d’écoulement des eaux provenant d’une propriété voisine. Il appert qu’un terrain pavé ou autrement recouvert jusqu’aux limites d’une propriété nuit à l’absorption de l’eau de pluie, laquelle ne peut que ruisseler jusqu’au terrain suivant et ce, au grand dam de son voisin. C’est en exigeant le maintien d’une bande verte d’une largeur minimale de 1,25 m (5 pieds) longeant une cour arrière sur chacun de ses côtés que le règlement se propose d’atteindre cet objectif.

En encadrant  l’abattage d’arbres en cour arrière, le règlement étendra encore un peu plus sa portée. Il s’agira alors d’interdire l’abattage de tout arbre sur une propriété privée d’une façon similaire à ce que la Ville fait déjà pour protéger les arbres en cour avant, c’est-à-dire sauf lors de cas précis  pour lesquels un permis pourrait être accordé. Dans un tel cas, l’arbre devrait toutefois être remplacé.

En somme, le règlement contribuera à préserver l’un des concepts directeurs faisant la spécificité de la Ville de Mont-Royal, soit son caractère de cité jardin.
« Le règlement que nous proposons  se veut équitable et en harmonie avec les grands principes de développement durable. Il ne s’agit pas de nuire à la jouissance d’une propriété par son occupant. Bien au contraire! Nous avons d’ailleurs choisi l’option qui cause le moins de préjudice aux propriétaires d’un petit terrain. Mais nous allons de l’avant avec une série de mesures qui reflètent une fois encore l’importance que revêt la protection de l’environnement pour le conseil actuel » conclut le maire Philippe Roy.