• Conseil municipal
  • Chronique du maire

Les dernières semaines ont été le théâtre de quelque chose de triste et de décevant à Ville Mont-Royal. En effet, une poignée de citoyens ont entrepris d’organiser une opposition contre le projet mené depuis plusieurs années par la Ville et plusieurs groupes communautaires, soit celui de permettre l’implantation d’une nouvelle résidence pour nos retraités et aînés.

Cette initiative douteuse a pourtant obtenu l’effet souhaité : celui de propager un sentiment de peur et de multiplier les préoccupations dans le secteur près de l’avenue Brittany et du Centre Rockland. Hausse de la circulation, perte de sécurité, baisse de la valeur des maisons dans le voisinage, plusieurs inexactitudes et mensonges ont été proférés sur fond de critiques à l’égard du promoteur et d’allusions à des procédures illégales de la Ville, comme autant d’épouvantails brandis. Il en résulte qu’un nombre suffisant de résidents du secteur sont venus signer un registre afin de s’opposer au projet.

Les chiffres sont pourtant clairs et sans équivoque. Le nombre de Monterois et de Monteroises de 65 ans et plus augmentera de façon substantielle dans les prochaines années. Déjà, les résidences en place ne permettent pas d’absorber les besoins actuels ; on imagine aisément ce qu’il en sera dans cinq ou dix ans. Ainsi, faute de place localement, nos retraités devront continuer de s’exiler, souvent loin de leurs amis ou de leurs enfants et petits-enfants.

Depuis plus de vingt ans, des administrations municipales successives ont travaillé à résoudre ce problème. L’ex-mairesse Vera Danyluk avait presque réussi à le régler, en 2007, avant d’être bloquée par un stratagème en tous points identique à celui de 2019 : une campagne de peur et de désinformation, destinée à effrayer les résidents.

Il est important de le rappeler, cette fois encore le projet proposé répondait adéquatement aux demandes actuelles et futures, en plus de permettre d’offrir une résidence de très grande qualité, de finaliser le barrage pare-son le long de l’Autoroute Métropolitaine et, de ce fait, d’améliorer de façon considérable la qualité de vie des résidents du secteur. Des études de bruit, de circulation et d’ensoleillement ont été soumises pour expliquer avec transparence le projet et rassurer les résidents. Le promoteur (c.-à-d. le Groupe Maurice, un leader québécois dans le domaine) a fait preuve d’ouverture en participant au processus de consultation, organisant de surcroît une journée portes ouvertes pour les gens du quartier.

Il est difficile de saisir la motivation réelle du petit groupe d’opposants militants dans ce dossier. Sous le couvert d’un mouvement favorisant la démocratie, leur campagne de peur aura freiné un projet noble et nécessaire et ce sont nos aînés en premier lieu qui en sont aujourd’hui les grands perdants. Je ne vois pas de victoire dans ce dossier. Simplement un lamentable manque d’empathie envers un groupe important de notre communauté.

Pendant mes rencontres avec certains résidents inquiets, plusieurs m’ont dit appuyer en réalité le projet d’une résidence pour aînés mais… pas à côté de chez eux. Le syndrome du « pas dans ma cour » est donc malheureusement bien présent à Mont-Royal. Alors qu’on parle de la construction éventuelle d’une 4e école primaire francophone, dans un tel contexte il y a de quoi être inquiet, collectivement. Une communauté dynamique et où il fait bon vivre, c’est davantage que la défense de son petit bout de trottoir, devant sa maison.

J’espère, en somme, que l’accueil réservé à une nouvelle école primaire n’aura rien de commun avec celui du récent rendez-vous manqué de la résidence pour retraités.

Philippe Roy

Maire

90, avenue Roosevelt

Mont-Royal H3R 1Z5