• Conseil municipal
  • Chronique du maire

Les travaux entourant l’implantation du Réseau express métropolitain (REM) dans notre centre-ville avancent d’un pas ferme. Ils sont également sur le point de s’intensifier.

On le sait : au terme de cette démarche, le service amélioré du REM changera profondément le visage de notre système ferroviaire, à plusieurs égards pour le mieux. Nous avons annoncé récemment la création d’une nouvelle place publique qui surmontera les rails dans notre centre-ville, entre les ponts Laird et Cornwall, à la fin des travaux ; elle aussi fait partie des gains qui nous attendent.

Avant d’y parvenir, il faudra toutefois subir de nombreux bouleversements dans la circulation au centre-ville, que rendra ardue la suite des travaux. Dès cet automne et jusqu’à l’ouverture du nouveau service ferroviaire, en 2022, piétons, cyclistes et automobilistes seront tous affectés. Heureusement, s’ils seront majeurs, ces chambardements seront aussi temporaires. Il importe de le garder en tête.

C’est en novembre prochain que fermera au centre-ville le pont Cornwall, qui ne nous appartient pas et qui sera démoli, puis entièrement reconstruit. Il en ira de même, quelques centaines de mètres plus au sud et en même temps, avec le pont qui enjambe les voies ferrées au niveau de la rue Jean-Talon.

Notre propre pont Laird, pour toute la durée des travaux sur les deux autres ponts, accueillera la circulation dans les deux directions, au cœur de tout un système de détours. On peut s’attendre à ce qu’il devienne très occupé et il reviendra aux résidents de planifier leurs déplacements en conséquence.

Les travaux sur le pont Cornwall forceront par ailleurs la relocalisation temporaire du terminus d’autobus, qui demeurera dans notre centre-ville mais légèrement en retrait de la commotion. Dès janvier 2020, avec l’arrêt des trains de banlieue, des navettes spéciales seront offertes aux Monterois afin de les aider à se rendre aux stations de métro les plus proches. L’interruption du service ferroviaire durera un peu plus de deux ans, pour ne reprendre qu’en 2022.

Le dossier du REM n’en est pas un dans lequel Mont-Royal dispose d’un pouvoir décisionnaire. Les travaux de cet automne et des deux prochaines années relèvent exclusivement du gouvernement provincial et de ses mandataires. Entre-temps, par voie de collaboration, la Ville fera cependant de son mieux pour limiter les irritants.

Philippe Roy

Maire

90, avenue Roosevelt

Mont-Royal H3R 1Z5